• Christine BERODIER

Le Ô pouvoir créateur des mots.

Dernière mise à jour : 25 nov. 2019



Des mots pour "panser", des mots pour Être, des mots pour devenir..

Les mots ont un pouvoir extraordinaire même si nous n'en sommes pas toujours conscients. Ils écrivent les histoires à venir comme ils ont écrit "la grande" histoire passée en la transformant parfois, gommant par une omission pratique les rôles essentiels de certains et le manque de gloire des autres..

Les mots ont le pouvoir de tuer, de sauver, de soigner, d'enseigner, d'ouvrir ou de fermer des portes, de soulever ou d'écraser..

Combien de rêv'Olutions, de guerres sont parties de simples mots ? Combien de répressions, de manipulations, d'apaisements ou de rages sont nés de la fureur ou de la douceur de ce qui fût dit. Tracés sur le papier, sur un clavier, lancés dans l'air des temps vrais ou menteurs, ils sont les cavaliers de paix ou d'apocalypses sans fin.


Des mots promettent tandis que d'autres trahissent..


Mais pour gagner la paix autour de nous, ne devons nous pas déjà ouvrir la boîte de nos mots intérieurs et choisir de les libérer ? Un pas élémentaire d'une ouverture et d'un éveil dont nous prendrons la mesure lorsque la transformation nous offrira ses premiers bienfaits, les premières graines d'une vision autre que celle que nous pensions unique. Chaque mot est une clef qui ouvre la porte d'une nouvelle conception de soi, de l'autre, de notre histoire, de prises de conscience parfois fabuleuses ; un sésame capable de libérer les chaînes et les entraves transmises quelquefois par nos histoires familiales, individuelles et/ou collectives, de ces héritages invisibles qui impactent si fortement nos vies autant que nos petites et grandes destinées.

Assénés sans mesures, ils condamnent une partie de nos expressions jusqu'à celles vitales de nos propres vies.

On ne se souvient pas toujours de ces mots entendus dans l'enfance qui ont pourtant insidieusement dessiné pas à pas nos vies, nos choix, nos orientations, nos équilibres et qui ont parfois fermé définitivement les portes d'un autrement qui était alors possible. De celle qui se refuse à son art à cause de cette "petite" voix assassine gravée de façon indélébile, à ce rejet absolu d'un autre que l'on ne connaît pourtant pas, ou celui là qui aura beaucoup de mal à supporter son image parce qu'un simple mot l'aura définitivement salie.

Combien de carrières prometteuses brisées dans l’œuf par un jugement intempestif au pouvoir dévastateur de ceux-là même parfois, qui avaient pourtant la charge de nous guider ? Les mots qui nous sont dits et que l'on émet parfois étourdiment, par énervement ou pas colère si ce n'est par haine, sont autant d'anathèmes que nous porterons par la suite comme des croix colossalement lourdes.

Mais les mots ont aussi un Ô pouvoir magique, celui de nous élever parfois bien au dessus de nos limitations illusoires..

Que dire de tous ces mots d'encouragement, d'amour, de soutien qui ont jalonné certaines existences qui se sont ainsi faites plus légères à ces chanceux aimés et soutenus, par autant de ces hautes formules magiques si transformatrices. Celles-ci ont su briser les peurs, les doutes, la tristesse, la solitude et les images faussées et même parfois les tentatives de condamnation des autres. De véritables incantations protectrices capables d'effacer le pire par ces mots-là, qui ont soulevé tellement Ô même les plus fragiles, bien au dessus de ce qu'ils pensaient Être.


Veillons déjà à ne pas Être le bourreau de et par nos propres mots..


Les "mots dits" ont un pouvoir et sont créateurs, l'oeuvre née dépendra de nos intentions et de nos qualités de cœur, de la conscience que nous en aurons et de la volonté parfois, de rompre définitivement avec des éducations aux expressions dévastatrices, à ces venins que nous aurons durement ou insidieusement encaissés ; jusqu'au jour venu de nos propres auto-libérations par d'autres mots guérisseurs.


Il y a le poison mais il y a aussi l'antidote juste à côté, comme tous principes de Vie et de Mort qui se côtoient constamment et il ne tient qu'à nous d'appliquer pour nous-mêmes et pour les autres, le baume sur les plaies à vif qui font encore si mal. Une histoire là encore de transmission d'un droit à être et vivre mieux, en équilibre.

Les mots sont créateurs

Avant l'éclosion de chaque nouvelle idée, concept, philosophie, création, rapprochement.. Il y eut une pensée née quelque-part dans l'éther qui a frôlé notre conscience, nos rêves, jusqu'à ce qu'un mot lui donne enfin corps et naissance. Pour exister dans le monde encore faut-il être émis et passer l'étape première d'une reconnaissance née des mots. Car sans eux pour décrire, partager, échanger, relier, semer et enfin récolter, le monde existerait-il ?

Les mots, ciments de la coexistence

C'est au travers des échanges, des rencontres avec " l'Autre ", dans son sens le plus large, que des mots silencieux ou nommés se reconnaissent et s'échangent pour que les coexistences se tissent pour le meilleur mais aussi pour le pire. Voyageurs des temps, des terres, des continents et bien au delà des mers et des océans, rien, absolument rien ne peut arrêter un mot dés lors vagabond, dont on ne pourra prendre la mesure qu'au germe des idées qu'il aura semées.


Nos vies intimes, professionnelles, amicales, citoyennes, participatives, ... Sont nourries et impactées par les mots émis et échangés. Veillons à nos expressions qui nous échappent parfois en ces temps d’instantanéité où il leur arrive de fuser trop vite et bien avant d'avoir été correctement alignées dans nos pensées. Certains mots échappés ne se rattrapent pas et auront causé des dommages irréversibles dont nous ne prendrons parfois la mesure que lorsqu'il sera trop tard.



Image : POÉSIE MÉDIÉVALE – l’Art des poètes-calligraphes (Académie des Inscriptions, 2017) https://www.youtube.com/watch?v=Mbjl9-dCLDY





#mots #motsguerisseurs #motcreateur #expression #communication #guerison #blessures #ecritureliberatrice #anathemes #memoires #heritage


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout