• Christine BERODIER

L'Art de la transmission des Savoirs.

Dernière mise à jour : 6 mars 2021



Transmettre au mieux et au plus juste, n'est-ce pas déjà la capacité à mettre les concepts, les faits, les situations à la portée des autres, de tous les autres ? Positionner chacun d'entre nous à un même niveau d'information générale, même si celle-ci ne se dispense pas de la même façon pour tous ?

Les grandes causes ne sont plus l'apanage de certains milieux et si l'on peut constater une différence dans l'implication des différents acteurs de nos sociétés, c'est bien par l'exclusion à une information adaptée de toute une partie de la population, considérée à tort comme volontairement désintéressée, incapable de saisir des concepts ou de s'engager dans les grandes transformations sociétales.

L'art de la transmission n'est pas de complexifier ou d'opacifier un sujet pour le rendre inaccessible à certains d'entre nous, mais bien de démocratiser le langage par l'art de simplifier et d'éclairer les enjeux des temps.

Transmettre de façons suffisamment différentes pour s'adresser à tous, nécessite l'humilité de croire que nos déclencheurs individuels ne sont pas reliés aux mêmes connecteurs et que celui qui nous est propre n'est pas le seul ni le plus essentiel. Il est vain d'appuyer sans cesse sur un bouton qui n'est relié à rien, ni à personne et l'échec de ne pas avoir su créer cette "cause commune" construite sur des valeurs qui nous relieront tous ensemble, n'est pas du fait de ceux que l'on a coupé des savoirs essentiels.


Chacun est détenteur des clefs de sa communauté et si nous nous retrouvons autour de celles qui nous sont communes, comprenons que bien des chemins sont en mesure de nous amener au même endroit, au bon moment..


Quand la transmission d'antan se faisait par la seule oralité au travers des contes, histoires et autres anecdotes dispensées et échangées durant les veillées, nul ne se demandait qui était digne ou pas de réceptionner ces Savoirs*. Les mémoires étaient offertes à tous, comme l'on offre une graine à un terreau fertile, semées par les aîné(e)s des communautés et surtout par cette confiance que l'on avait forcément en ces "Sages", riches de leur expérience et du temps vécu, qui en faisaient alors des "Passeurs de mémoires".

Que sont les Sages devenus ? Se sont-ils tus où les faisons nous taire, parce qu'ils ne se sont pas vendus à ce monde devenu superficiel et si terriblement creux ?

Pourtant les "Grands Sages" nous parlent encore et n'ont jamais cessé de le faire. Ils nous alertent et transmettent toujours leurs messages, mais leur voix ne fait plus partie du paysage "grand public" ambiant et reste audible aux seuls initiés et aux convertis des grandes causes, qui doivent pourtant désormais tous nous occuper. Mais pour mettre en mouvement le changement essentiel aux temps, il faudra bien éveiller le collectif et pour ce faire, trouver les supports, les façons d'animer et d'informer, en développant l'Art de la transmission.

Des chaînes Youtube sont devenues des supports d'éveil exponentiels qui démocratisent les connaissances et les informations, raison pour laquelle l'on constate aujourd'hui des tentatives d'appropriation de ce langage par ceux qui aimeraient bien se saisir des codes, pour contrôler aussi ce biais "d'éducation".

Comment chacun d'entre nous peut-il se sentir concerné par ce qui se joue ? Par l'espace approprié que nous lui laisserons en lui permettant de croire, de savoir que lui aussi a un rôle essentiel à jouer et sa juste place à tenir. Quand une vague se crée, elle ne se demande pas si toutes les gouttes avec lesquelles elle constitue ce mouvement phénoménal sont légitimes à le faire, comme elle n'impose pas des critères excluants pour justifier "son droit" à déferler sur ce même objectif commun : la plage..


La question n'est pas de savoir pourquoi ni comment nous en sommes arrivés en cet instant de constitution de la vague, mais bien la nécessité d'être suffisamment solidaires pour accompagner le mouvement et non l'entraver ou l'affaiblir, par des freins inappropriés ou une autre orientation qui serait alors erronée (l'objectif commun visé ne pouvant être que la plage).


Nous ne sommes pas séparés par une trop haute connaissance des uns ou la prétendue ignorance des autres, mais bien par l'incapacité à trouver un langage commun qui nous réunisse sur ces causes essentielles qui sont les nôtres, à tous. Sur une même thématique nous pouvons discourir de multiples façons, par de nombreuses images ou allégories différentes et complémentaires ; toutes sont valables et acceptables puisque toutes parlent à leur façon, une langue spécifique.


Il ne s'agit plus de morceler notre énergie et nos forces en continuant de détricoter la trame même de nos sociétés constituée par chacun d'entre nous, mais bien de retisser le lien qui nous rattache les uns aux autres, dans un univers commun.

Chacun d'entre nous est un bâtisseur, mais pour intégrer cette réalité il devient essentiel de prendre de la hauteur par rapport à ce que l'on croit savoir de nos limitations ou de celles des autres ; des œillères qui nous empêchent surtout de reconnaître que ce sont nos différences qui constituent nos forces et notre richesse. Ce n'est pas une seule partie de la population qui influencera l'avenir en adaptant sa façon de vivre, d'Être et de Faire, mais bien une grande majorité qui ensemble, dans un même mouvement coordonné, créera un point de bascule qui transformera notre réalité.

Chacun d'entre nous a sa mesure, son rythme, sa compréhension qui lui est propre, sans l'appropriation par qui que ce soit de son mode de pensée, mais pas cette seule évidence que nous sommes tous les éléments d'un même corps social, partageant un environnement commun dont tous, nous dépendons.

Le pouvoir est tombé entre les mains de la prédation économique, de la manipulation, d'une surconsommation sans limite et pour ce faire, les dangers ont été occultés et le droit à la juste information perverti et manipulé. Ces dérives ne se sont pas faites en un jour, ne se sont pas créées seules. il a fallu des concepteurs, des acteurs, des complicités, des yeux et des consciences qui se sont détournés ; des égos qui ont séparé. S'il est utile d'en prendre conscience pour s'en extraire, il est urgent de transposer notre énergie dans la réparation de ce qui a été brisé comme la confiance trop souvent trahie, l'éthique et la légitimité mises au placard et rendre enfin, la dignité d'Être à chacun ; dans un contexte assaini et fiable.


Nous avons besoins de rituels collectifs axés sur une sagesse et des valeurs communes, nécessaires au futur et non plus détournés pour et par une société consumériste à outrance.

Nous transmettons le plus et le mieux par l'exemplarité, par nos façons de "marcher notre parole" en adéquation avec la parole donnée ou transmise, qui prend dés lors du sens et de la valeur ; bien plus que prêcher dans le vent des actes et des façons d'Être hypothétiques, auxquels on ne donne jamais vie ou corps.


Aucun d'entre nous n'est parfait ou ne possède encore les clefs des lendemains adaptés à ce que nous traversons, mais tous nous sommes en apprentissage de notre capacité à coexister ensemble et de toutes les solutions que nous avons à imaginer pour faire de ce monde commun, un endroit viable et "idéal" pour tous, toutes espèces confondues.


La transmission des données essentielles doit émaner à nouveau de cette sagesse intemporelle et collective, qui éclot aussi bien sur le terrain que dans des prospectives, au travers d'esprits qui pensent juste et de mains qui œuvrent au mieux, pour rebâtir et guérir ce monde qui se désespère de nous tous, depuis bien trop longtemps.


*Comment reconnaitre le Savoir bénéfique, adapté et utile aux temps puisque tout ce qui est ancien n'est pas toujours gage de véritables valeurs qui sont à pérenniser ? Il suffit pour cela de considérer certaines traditions conçues avec et par une violence qui nourrit les seuls "plaisirs" personnels, au détriment d'une partie de la vie et du monde. Le Savoir adapté sera donc celui qui œuvre au bien commun qui comprend les individus, les Êtres mais aussi les environnements ; le monde vivant dans son ensemble.



Source image : Gaïa Orion Art



#transmettre #savoirs #langagecommun #sagesse #démocratisation #communication #ensemble #valeurscommunes #tribuhumanité #rituels #éveil #conscience #letotemlaplume


33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout